L’ARBRE ROUGE

 

l'arbre rouge

Pour ce nouveau projet, le saxophoniste de l’ONJ Hugues Mayot, qui s’aventure avec aisance dans les contextes les plus variés (Radiation 10, André Minvielle, Marc Ducret, Magma…), a choisi d’explorer une instrumentation proche de la musique de chambre, rappelant l’intimité d’un quintet classique, et de s’entourer d’instrumentistes rares qui ont tous en commun une technique redoutable ainsi qu’un souci constant d’ouverture esthétique, des musiques savantes aux musiques populaires, en passant par les expérimentations les plus osées.

À travers une écriture minimaliste et répétitive, une recherche sur les timbres et les textures, le musicien donne une singulière dimension rythmique à cet orchestre miniature, et crée un terrain de jeu propice à l’improvisation, qu’il partage avec jubilation avec ses quatre compagnons d’aventure : Sophie Bernado, Joachim Florent, Théo et Valentin Ceccaldi

LIEN DOSSIER ARBRE ROUGE PDF

 

IKUI DOKI

DSC_3710

Ikui Doki, formation à l’instrumentation atypique est la réunion de «Dragon», duo cross-over féminin et du saxophoniste et clarinettiste Hugues Mayot.Passionnés par la création, l’articulation entre écriture et improvisation, les trois musiciens créent un répertoire de compositions collectives autour de la musique Française du début du XXe siècle. Leur musique se métisse de compositions à l’esthétique free, jazz, contemporaine aux oeuvres composées par Debussy, Ravel, Satie, Fauré. Les musiques du début du XXe siècle ont été un moteur pour le développement du basson de la harpe et du saxophone. Ce sont pour ces instruments que les compositeurs se passionnent, et innovent le plus. Cela a permis de moderniser la lutherie, la technique instrumentale et à eu une forte incidence sur la musique. (Danses sacrées et profane : pour la harpe, Scaramouche D.Milhaud pour le saxophone 2 concertos pour piano et orchestre de Ravel pour le basson ).Par conséquent, la richesse du matériel de cette époque, offre à Ikui Doki un terrain d’experimentation illimité pour créer un répertoire innovant emprunt d’une esthétique et culture à la fois jazz et contemporaine. La démarche d’ikui doki est aussi un vecteur de transmission culturelle axé autour d’une forte identité musicale française entre tradition et création . « Ikui Doki une recherche de paysages extatiques dans les trames harmoniques raffinées dans lesquels tout devient son»

Ikui Doki,  atypical instrumentation band is the meeting of « Dragon » ( female cross-over duet ) and saxophonist/clarinettist Hugues Mayot. Fascinated by creation, articulation between writing and improvisation, the three musicians create a « repertoire »of collective compositions around early XXth century French music . Their music crosses from compositions to  free esthetics,  jazz, contemporary and Debussy, Ravel, Satie, Faurés works.The XXth century music is a real catalyst for bassoon,harp and saxophone development.for those instruments composers are passionate, and innovate most.The consequence is great in term of lutherie modernizing, instrumental technique and direct incidence on music composition. (Sacred Dances and layman: for the harp, Scaramouche D.Milhaud for the saxophone, 2 concertos for piano and orchestra(band) of Ravel for the bassoon) .Consequently,  this musical material richness offers to Ikui Doki an unlimited ground of experimentation to create an innovating « repertoire » inspirited by the esthetics of jazz and contemporary culture. The initiative of ikui doki has the potentiel to act as a force for cultural transmission centred in a strong French musical identity tradition and creation.  » Ikui Doki a research for ecstatic landscapes in harmonious sophisticated frames where everything becomes sound « 

FACEBOOK IKUI DOKI

Visuel: Lison de Ridder    Photo: Simon Woolf